Loading...

Fawzia Ramjaun: “Monn deza essaye pouss mo mari ek Shenaz depi enn falaise”

«Zour mo aprann ki tonn dormi ar Shenaz samem to dernié zour.» C’est ce qu’avait lancé Fawzia Ramjaun à son mari lorsqu’elle a appris, par des voisins, que son époux avait contracté le nikkah avec Shenaz, sa voisine. Lors d’une reconstitution des faits, jeudi 26 janvier, la veuve, âgée de 50 ans, a expliqué aux enquêteurs de la Major Crime Investigating Team (MCIT) qu’elle n’avait qu’une envie en tête : celle de se venger de son époux infidèle. Et elle avait essayé au moins deux fois déjà de se débarrasser de lui. Avant de réussir son coup.

Shenaz, très proche de Fawzia Ramjaun, venait souvent à la maison et participait à toutes les réunions de la famille ainsi qu’aux sorties. Lorsqu’elle a finalement su ce qui se tramait entre celle-ci et époux, elle a commencé à mettre ses menaces à exécution.

Iqbal Ramjaun, lui, n’y croyait pas. Il avait même organisé une sortie pour que sa femme puisse se renouer d’amitié avec Shenaz au bord d’une falaise. Au bout d’un moment, Fawzia Ramjaun a tenté de pousser le couple. Elle ne réussira pas son coup. Et finira par leur dire qu’elle voulait simplement leur faire peur.

Quelque temps plus tard, une autre tentative. Cette fois, elle veut à la fois piéger Shenaz et en finir avec son mari, raconte-t-elle.

Shenaz prépare un gâteau pour les enfants du couple. Fawzia Ramjaun partage le gâteau puis conserve une tranche pour son mari. Elle y met du cyanure. Sauf qu’au final, Iqbal Ramjaun renvoie la part de gâteau chez la voisine et personne ne la mange.

Où s’est-elle procurée du cyanure ? Durant son interrogatoire, Fawzia Ramjaun a affirmé qu’elle s’est confiée à Mamad Salim Mungly. Et lui aurait avoué qu’elle voulait tuer son mari. L’homme, qui avait travaillé chez un bijoutier qui lui était proche, lui a expliqué qu’il peut lui donner du cyanure…

Mamad Salim Mungly a été arrêté après les allégations de la veuve. Il a demandé à garder son droit au silence et a retenu les services de Me Assad Peeroo.

Aux enquêteurs, il a toutefois admis qu’il avait remis du cyanure à Fawzia Ramjaun. Mais, affirme-t-il, il connaissait bien cette dernière et elle «voulait tuer des rats chez elle. Elle avait cherché dans tous les commerces sans en trouver. Je lui ai dit de prendre le cyanure. Monn dir li met tranpé dan délo ek dipain donn léra…» Ce commerçant dit avoir conservé ce poison à son domicile pour nettoyer ses produits.

Toute cette enquête a pu aboutir grâce à l’équipe de la MCIT, notamment le PC Manoovaloo et la WPC Jammac sous la supervision du CI Goulaub. Les limiers ont attendu que Fawzia Ramjaun, qui se trouvait à l’étranger, soit rentrée à Maurice pour la convoquer. Elle n’a pas tardé à passer aux aveux mardi.

Se tordre de douleur

Elle a confié que le 25 janvier 2005, Iqbal Ramjaun avait promis de les emmener, elle et ses trois enfants, au Plaza. Mais il devait décommander à la dernière minute.

Ce qui a mis Fawzia Ramjaun en colère. Le soir, avant de se mettre au lit, le mari lui a demandé un verre d’eau. Elle a alors décidé d’y ajouter le cyanure.

Iqbal Ramjaun a bu son eau d’un trait. En quelques secondes, il s’est tordu de douleur. Alors qu’ils allaient chercher de l’aide, les membres de la famille ont constaté que le père a déjà rendu l’âme.

L’autopsie pratiquée par le Dr Maxwell Monvoisin a attribué le décès à une crise cardiaque. Mais le légiste a détecté également la présence de cyanure dans le sang. Il a demandé une enquête approfondie.

L’affaire a été référée à la cour pour une Judicial Enquiry. Douze ans plus tard, celle-ci a recommandé de mener l’enquête en raison de plusieurs zones d’ombre dans cette affaire. Les principales suspectes étaient alors les épouses d’Iqbal Ramjaun…

Loading...

Comments

comments