Loading...

Ils volent des chiens pour… les offrir en cadeau

La police veille au grain. Surtout après une série de vols de chiens de race survenus dans différentes régions du pays. Ses soupçons: que ces chiens sont par la suite vendus pour être offerts en cadeau durant cette période de fêtes. «Les personnes cherchent des chiens pour offrir en cadeau et ne vérifient pas vraiment l’identité du vendeur et la provenance de l’animal», expliquent des sources policières.

Sameer Golam, président du groupe Second Chance Animals Rescue, qui milite pour les droits des animaux, explique «qu’effectivement, nous avons noté en ce moment des vols de chiens dans plusieurs endroits. Les chiens de race sont les plus ciblés». Les membres du groupe reçoivent plusieurs appels par jour à ce sujet. «Nou éna sa sistem pus élektronik-la mé li pa éfikas ek pa servi sa partou», soutient-il.

Deven Padiachy et Fabrice David, des habitants de Roches-Brunes, ont été victimes de ces vols survenus les 11 et 15 décembre respectivement. Leurs chiens sont des bergers allemands.

Selon Deven Padiachy, le présumé voleur a fait irruption dans sa cour et a enlevé Skipper, âgé de huit ans. «Skipper est de nature amicale. Cela a rendu la tâche facile au voleur», dit-il. Il a déjà porté plainte au poste de police de Camp-Levieux. Jusqu’ici, aucune nouvelle du chien mais il garde espoir de le retrouver bientôt.

Fabrice David, qui n’habite qu’à quelques pas des Padiachy, a, lui, perdu la prunelle de ses yeux, Vénus, âgé de neuf ans. «C’est un membre de la famille qui nous a été enlevé.» Il indique que c’est un moment difficile pour sa mère et qu’il a dû rentrer de France en urgence pour la réconforter. Il a porté plainte au poste de police de Stanley, à Rose-Hill. D’ajouter qu’il a même fait placarder des affiches dans divers endroits du Nord, où il a entendu dire que le plus grand nombre de vols de chiens de race a été comptabilisé. Désespéré, il affirme qu’il s’engage à ne pas poursuivre «le voleur».

Deven Padiachy promet une récompense de Rs 10 000 à la personne qui retrouvera Skipper. Quant à Fabrice David, il offrira une somme de Rs 25 000 à celui qui lui rendra Vénus. «Je suis prêt à débourser une somme conséquente pour revoir Vénus. Vous voyez l’importance de ce chien dans notre vie.»

La vente illégale d’animaux sur Facebook gagne du terrain

Chiens de race, cockatiels, perruches… Ce sont là quelques-uns des animaux en vente libre sur Facebook. Des animaux très prisés, particulièrement en cette période de fêtes. Le hic, c’est que la plupart des vendeurs ne détiennent pas un permis d’élevage. Et bien qu’il existe une loi sur la protection des animaux, les vendeurs font fi des réglementations et les ventes sont réalisées sans aucun contrôle.

Un Facebookeur l’a toutefois appris à ses dépens. Une organisation de protection des animaux a porté plainte contre lui à la police de Rose-Hill cette semaine. L’internaute, qui ne disposerait pas de permis, a tenté de vendre un chien de la race Boxer. Selon nos informations, il n’en était pas à sa première tentative.

Facebook abrite plusieurs groupes de vente d’animaux. Ce qui est interdit par l’Animal Welfare Act de 2013. Ceux trouvés coupables d’en avoir vendu sans être en possession d’un permis d’éleveur sont passibles d’une peine de deux ans de prison et Rs 50 000 d’amende. Cette sentence s’applique également à ceux qui font la promotion ou la pub sur la vente d’animaux.

Loading...

Comments

comments